Message transmis par l’URPS Chirurgiens-Dentistes des Hauts-de-France

Dans ce contexte de pandémie, liée à une contamination aéroportée, le Conseil de l’Ordre National des Chirurgiens-Dentistes a édicté un avis de fermeture, en date du 16 mars, confirmé par l’ARS HdF, de tous les cabinets dentaires hors cabinets d’astreinte pour la prise en charge des soins urgents.

En cas de problème bucco-dentaire, vous trouverez sur cette fiche tous les conseils de temporisation :

Temporisation des problèmes bucco dentaires 

L’orientation des patients doit se faire en deux étapes :

  1. une pré-régulation assurée par le chirurgien-dentiste traitant qui doit recevoir les doléances de ses patients et tenter de les résoudre. 30 % des français n’ayant pas de dentiste de famille, un dentiste de proximité peut être contacté. S’ils jugent que le problème ne peut être résolu par une prescription à distance ou des conseils : régulation.
  2. une régulation, dont le numéro de téléphone est variable selon les départements (voire les secteurs) a été mise en place par chaque Conseil Départemental de l’Ordre, afin de décharger le 15. Elle est assurée par des chirurgiens-dentistes. Ces derniers orientent dans la mesure du possible et des moyens de protection dont nous disposons (pénurie et donc stratégie d’économie des masques ffp2, surblouses etc.).

Un numéro national a été mis en place par le Conseil National de l’Ordre (09 705 00 205). Il renvoie vers les régulations départementales.
Ce numéro et ceux des régulations départementales ne sont pas à communiquer d’emblée, au risque de les saturer (en moyenne 120 appels par demi-journée, nous ne pouvons répondre qu’à un tiers dans les conditions actuelles, la participation des chirurgiens-dentistes de proximité est donc indispensable).
Dans ce contexte ne peuvent être prises en charge que les urgences définies comme telles :
– Infectieuses (cellulites)
– Traumatiques (trauma alvéolo-dentaire)
– Hémorragiques
– Pulpaire (rage de dents, 7.5/10 sur l’échelle de la douleur)
– Co-morbidités ou état physiologique particuliers (immuno- dépression, grossesse…)
Les urgences orthodontiques sont prises en charge en premier lieu par mail : odf.urgence.covid19@gmail.com

Les actes impliquant l’usage de matériel rotatif (contre angle, turbines) ou ultra sonique (détartreur) avec spray, du fait de l’aérosolisation qu’ils provoquent sont proscrits. Les rescellements ou les fractures de prothèse ne sont pas considérées comme des urgences (le meilleur conseil à donner est de recoller avec une pâte adhésive pour prothèse amovible). Un patient reconnu comme urgence vraie en ce contexte particulier est alors dirigé par le régulateur vers le cabinet de garde. Ne lui est donné que le numéro de téléphone dudit cabinet, charge au confrère ou à la consœur de garde d’organiser sa  journée en respectant les consignes d’asepsie, à savoir travailler en binôme avec un confrère ou une consœur chirurgien – dentiste en charge de l’asepsie du cabinet.
Le patient doit se présenter seul au cabinet et n’est invité à pénétrer qu’après appel téléphonique.
Un délai d’au moins 30 minutes est nécessaire pour assurer la désinfection complète de cabinet entre chaque patient. La capacité d’accueil d’un cabinet de garde est donc de 8 à 10 patients par journée.
A son arrivée dans le cabinet, le patient doit mettre un masque chirurgical avant d’être pris en charge. La prise de température avec un thermomètre frontal n’est pas nécessaire car à ce stade de la pandémie nous devons considérer que tous les patients qui se présentent sont à risque. Un lavage des mains ou une friction est réalisé par le patient avant entrée en salle de soins. Pour mémoire, certains services hospitaliers, dotés d’un service odontologie sont eux aussi en mesure de recevoir des urgences (CHRU Lille (faculté dentaire), Maubeuge, Valenciennes, Amiens…)

Nombre de problèmes gingivaux peuvent être soulagés par une hygiène bucco-dentaire rigoureuse (brosse à dent souples, brossettes interdentaires…) assortie de bain de bouche ou de crèmes anesthésiantes.
On redécouvre les vertus de l’huile essentielle de clou de girofle… Une dent cassée non douloureuse peut être «colmatée» avec de la cire (boule quies), de la pâte à modeler …). Les confrères médecins généralistes peuvent être sollicités (connaissant mieux les antécédents et les traitements habituels de leur patient) pour prescrire antibiotiques et/ou antalgiques de palier II. Evidemment les anti-inflammatoires sont proscrits mais aussi le métronidazole (flagyl), rodogyl ou missilor (spiramycine + métronidazole) du fait de son action intestinale et d’un potentiel traitement par chloroquine.